Vous aider à comprendre votre médecin et mieux vivre vos problèmes de santé
Vendredi 22 août 2014

A propos de l'auteur

Bonjour et bienvenue ! Je m’appelle Ludivine, je suis interne en médecine générale et future généraliste. A travers ce blog, j'aimerais à la fois vous transmettre l'essentiel des bases pour bien comprendre votre corps et vous aider à mieux apprivoiser la logique du monde médical.

Suivez-moi

Nombre d'abonnés : 4701

S'abonner au Podcast RSSS'abonner au flux RSS du blog S'abonner aux vidéos sur Youtube

Vos amis à l'étranger pourraient être intéressés ? Traduisez facilement les pages :

7 avantages de l’alimentation végétarienne pour votre santé !

Il y a de multiples bonnes raisons de choisir de devenir végétarien. Pour préserver la planète, pour l’éthique envers les animaux, pour que nos actes rejoignent nos paroles ; mais on peut aussi devenir végétarien pour améliorer sa santé ! Toutes les études qui comparent l’état de santé des végétariens aux omnivores vont dans le même sens : on est moins malade en étant végétarien (ou végétalien). Alors, pourquoi pas vous d’ici quelques mois, quelques semaines ou même demain ?

Pour vous aider à vous faire une idée de l’impact de l’alimentation, voici 7 avantages du régime végétarien pour votre santé ! Et si votre médecin en doute, imprimez-lui les textes ci-joints en référence.

1) Moins de crises cardiaques et d’AVC = diminution de la mortalité cardio-vasculaire : pour tous ceux qui sont à risque de problèmes cardiaques ou cérébraux, le régime végétarien est un allié pour conserver une bonne santé, au fil des années. Une excellente synthèse qui reprend les différentes études sur l’état de santé de nombreux végétariens prouve non seulement qu’une alimentation végétarienne n’est pas moins bien qu’une alimentation omnivore mais est même mieux ! Quelques études qui en parlent : [1], [2], [3].

2) Amélioration du transit, absence de constipation : l’augmentation inhérente au changement de la répartition des aliments dans l’assiette favorise un meilleur transit. Manger végétarien, c’est augmenter les portions de fruits, légumes et céréales riches en fibres, qui sont connues pour stimuler le travail intestinal. [4]

3) Diminution de votre taux de cholestérol : sur ce point il n’y a pas de secret, le calcul est mathématique. Le cholestérol ne se trouve que dans les animaux. Ne plus en manger, c’est inévitablement diminuer ses taux de cholestérol. Vigilance tout de même, le régime végétarien n’élimine ni les oeufs (riches en cholestérol) ni les produits laitiers (également riches en cholestérol), veillez donc à ne pas abuser de ces derniers pour ne pas perdre le bénéfice de l’alimentation végétarienne ! Un article de plus : [5], [6], [7].

4) Diminution de votre pression artérielle / amélioration de votre hypertension artérielle : faites le test, suivez deux semaines de régime végétarien strict et prenez votre tension artérielle avant/après. Quelques études qui en parlent : [8], [9], [10], [11], [12], [13], [14].

5) Diminution de votre poids : manger végétarien, c’est apprendre à surveiller son alimentation. On réfléchit à ce que l’on met dans notre bouche et notre corps, ce qui fait que souvent, on perd les kilos superflus (sauf si on se gave de produits laitiers pour compenser l’absence de viande, chose qu’il ne faut pas faire… !). Ne plus manger de viande ni de poisson, c’est diminuer la quantité de graisses animales que l’on mange. Une fois de plus, c’est mathématique. [15], [16].

6) Diminution des risques de diabète : une étude récente de fort niveau de preuve (méta-analyse) a une fois de plus mis en évidence les effets délétères de la consommation de viande rouge sur le corps. Cette fois-ci, les auteurs suspectent le rôle néfaste que le sang jouerait au niveau du pancréas.

7) Amélioration de la santé de vos reins : remplacer viande et poissons par des “protéines végétales” telles les légumineuses et céréales complètes, c’est redonner au corps une quantité plus juste de protéines. Les recommandations pour les apports en protéines n’ont de cesse de diminuer ces dernières années. On les pensait indispensables en grandes quantités “pour prendre des forces” et pour finir on se rend compte qu’elles fatiguent énormément les reins. Sachant que nous vivons longtemps, nous avons de plus en plus besoin de garder nos reins en bonne santé, même à 80 ans ! Donc oui aux protéines mais en petites quantités et de préférence sous forme de légumineuses ou céréales complètes. Quelques études pour se faire une idée : [18] chez les insuffisants rénaux, [19] chez les diabétiques, [20] tout le monde.

En résumé, les arguments côté santé ne manquent pas. Les études que je cite ne sont qu’un extrait des informations disponibles sur les bases de données médicales. A chacune de mes recherches je suis sidérée de voir que beaucoup d’études mettant en avant les bienfaits d’une alimentation végétarienne, datent d’une trentaine d’années ! Je m’étonne encore aujourd’hui que les facultés de médecine fassent l’impasse sur de telles connaissances alors qu’elles pourraient aussi efficacement – si ce n’est plus durablement – améliorer l’état de santé des gens.

Loin de moi l’idée de penser qu’une alimentation végétarienne soit miraculeuse en terme de santé. Néanmoins, je pense que ses bienfaits au niveau de la qualité de vie sont au-delà des inconvénients. La santé est multifactorielle et dépend à la fois de facteurs que l’on peut ne peut pas ou difficilement maîtriser tels que l’environnement, mais aussi de facteurs contrôlables par tout un chacun comme l’alimentation. Dès lors, toute personne qui veut améliorer son état de santé, doit nécessairement se poser la question du choix de son alimentation.

Et vous, quel paramètre de votre santé, une alimentation végétarienne pourrait-elle vous aider à améliorer ?

Crédit photo : Katerha

Référence : synthèse http://www.vegetarisme.fr/_pdfs/PositionADA-DC-AVF-V3-2009.pdf

[1] Key, T J, G E Fraser, M Thorogood, P N Appleby, V Beral, G Reeves, M L Burr, et al. 1999. « Mortality in vegetarians and nonvegetarians: detailed findings from a collaborative analysis of 5 prospective studies ». The American journal of clinical nutrition 70 (3 Suppl) (septembre): 516S-524S.
[2] Phillips, R. L., F. R. Lemon, W. L. Beeson, et J. W. Kuzma. 1978. « Coronary Heart Disease Mortality Among Seventh-Day Adventists with Differing Dietary Habits: A Preliminary Report. » The American Journal of Clinical Nutrition 31 (10) (janvier 10): 191S.
[3] Larsson, Susanna C., Jarmo Virtamo, et Alicja Wolk. 2011. « Red Meat Consumption and Risk of Stroke in Swedish Men ». The American Journal of Clinical Nutrition (juillet 1). doi:10.3945/ajcn.111.015115. http://www.ajcn.org/content/early/2011/06/08/ajcn.111.015115.
[4] Dwyer JT. Health Aspects of Vegetarian Diets. Am J Clin Nutr. 1988 janv 9;48(3):712-38.
[5] White R, Frank E. Health effects and prevalence of vegetarianism. Western Journal of Medicine. 1994 mai;160(5):465.
[6] Sacks FM, Castelli WP, Donner A, Kass EH. Plasma lipids and lipoproteins in vegetarians and controls. N. Engl. J. Med. 1975 mai 29;292(22):1148-51.
[7] Thorogood M, McPherson K, Mann J. Relationship of Body Mass Index, Weight and Height to Plasma Lipid Levels in People with Different Diets in Britain. J Public Health. 1989 janv 8;11(3):230-3.
[8] Appleby PN, Davey GK, Key TJ. Hypertension and blood pressure among meat eaters, fish eaters, vegetarians and vegans in EPIC-Oxford. Public Health Nutr. 2002 oct;5(5):645-54.
[9] Armstrong B, Merwyk V, J A, Coates H. Blood Pressure in Seventh-Day Adventist Vegetarians. Am. J. Epidemiol. 1977 janv 5;105(5):444-9.
[10] Sacks FM, Kass EH. Low Blood Pressure in Vegetarians: Effects of Specific Foods and Nutrients. Am J Clin Nutr. 1988 janv 9;48(3):795-800.
[11] Sacks FM, Rosner B, Kass EH. Blood Pressure in Vegetarians,. Am. J. Epidemiol. 1974 janv 11;100(5):390-8.
[12] Rouse I, Armstrong B, Beilin L, Vandongen R. BLOOD-PRESSURE-LOWERING EFFECT OF A VEGETARIAN DIET: CONTROLLED TRIAL IN NORMOTENSIVE SUBJECTS. The Lancet. 1983 janv 8;321(8314–8315):5-10.
[13] Ophir O, Peer G, Gilad J, Blum M, Aviram A. Low blood pressure in vegetarians: the possible role of potassium. Am. J. Clin. Nutr. 1983 mai;37(5):755-62.
[14] Melby CL, Hyner GC, Zoog B. Blood pressure in vegetarians and non-vegetarians: A cross-sectional analysis. Nutrition Research. 1985 oct;5(10):1077-82.
[15] Appleby PN, Thorogood M, Mann JI, Key TJ. The Oxford Vegetarian Study: an overview. Am. J. Clin. Nutr. 1999 sept;70(3 Suppl):525S-531S.[16] Spencer EA, Appleby PN, Davey GK, Key TJ. Diet and body mass index in 38|[thinsp]|000 EPIC-Oxford meat-eaters, fish-eaters, vegetarians and vegans. International Journal of Obesity. 2003;27(6):728-34.
[17] Larsson SC, Virtamo J, Wolk A. Red Meat Consumption and Risk of Stroke in Swedish Men. Am J Clin Nutr [Internet]. 2011 juill 1 [cité 2012 juin 5]; Available de: http://www.ajcn.org/content/early/2011/06/08/ajcn.111.015115
[18] Soroka N, Silverberg DS, Greemland M, Birk Y, Blum M, Peer G, et al. Comparison of a Vegetable-Based (Soya) and an Animal-Based Low-Protein Diet in Predialysis Chronic Renal Failure Patients. Nephron. 1998;79(2):173-80.
[19] Jibani MM, Bloodworth LL, Foden E, Griffiths KD, Galpin OP. Predominantly Vegetarian Diet in Patients with Incipient and Early Clinical Diabetic Nephropathy: Effects on Albumin Excretion Rate and Nutritional Status. Diabetic Medicine. 1991;8(10):949-53.
[20] Kidney International – Abstract of article: Renal, metabolic and hormonal responses to ingestion of animal and vegetable proteins [Internet]. 1990 [cité 2012 juin 5]. Available de: http://www.nature.com.doc-distant.univ-lille2.fr/ki/journal/v38/n1/abs/ki1990178a.html



Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Reader Feedback

16 Réponses de “7 avantages de l’alimentation végétarienne pour votre santé !”

  1. Maigrir dit :

    Bonjour Ludivine. Ce type d’alimentation cause également bien des carences non ? Ou alors il faut être suivi par un nutritionniste.

    • Axelle dit :

      Pourquoi toujours ce spectre des carences? Comme si la viande était l’aliment miracle sans lequel vivre (bien) serait impossible.
      Les carences, quand elles se présentent, n’attendent pas que l’on ait arrêté de manger de la viande ou tout autre produit animal. Bien des personnes ayant une alimentation « traditionnelle », « standard » (appelez ça comme vous voulez) sont elles-même carencées et s’en croient injustement protégées par leur consommation en viande.
      La viande est tout de même loin d’être une panacée nutritionnelle quand il s’agit des minéraux et vitamines, tout de même.

      Et non, il n’y a absolument aucune nécessité à se faire suivre par un nutritionniste (qui bien souvent ne connait rien à ce type d’alimentation, en France tout du moins)

    • Esty dit :

      Tout comme l’a souligné Axelle j’ai vraiment du mal à comprendre pourquoi est-ce qu’on s’inquiète toujours à propos des carences (mais c’est quand même bien mieux de poser la question, que rester ignorant toute sa vie). Si tout le monde connaissait par cœur chaque aliment il n’y aurait de carences dans aucun type d’alimentation. Or si on se lance dans le végétarisme sans s’être renseigné avant (ne pas savoir par quoi remplacer la viande par exemple), effectivement on peut finir carencé, mais ce n’est pas une généralité dans le végétarisme, loin de là.

      En ce qui me concerne j’ai commencé à arrêter la viande à 17 ans, puis le poisson et ce qu’on se plaît à appeler « les fruits de mer » (y’a vraiment que les humains pour appeler des animaux « fruits »), je n’ai jamais eu de carences (même trois ans après), et pourtant à ce jour j’évite le plus possible les sous-produits animaux tels que les laitages, les oeufs, le miel. Je sais équilibrer mon alimentation avec des aliments végétaux.

      Aussi je n’ai rien à redire concernant l’article de Ludivine, toujours aussi clair et concis. Internaute vous devriez lire le PDF en lien à la fin de l’article, si ce n’est déjà fait.

    • lorelei dit :

      Non pas de carences… sauf si on mange mal, ce qui vaut aussi pour une personne omnivore qui ne saurait pas équilibrer son alimentation (ce qui est le cas la majeur partie du temps, en tout cas dans mon entourage!).

      On peut le faire, il y a des avantages santé, économique, écologique et surtout ETHIQUES à le faire.
      Si on ne veut pas devenir végé, on ne le fait pas. On assume qu’on aime la viande et que le goût est plus important pour soi, et on n’a pas besoin de se chercher des excuses du genre « oui mais c’est pas possssiiible y’a les carences, l’humain est fait pour manger de la viiiande depuis Mathusalem (et surement avant), et le cousin de la grand mère de mon oncle il connait un végétarien qui est dans une seeeecte,, en vrai c’est pas écologique car il faut de la place pour faire des champs de carottes (carottes connue pour on fameux cri au passage)…. blablabla. Je brode, mais en plus de 3ans j’en ai entendu et j’en lis encore !

      En tout cas ,le médecin m’a encore dit ce matin que j’étais en pleine forme, et que ça se voyait que j’avais une bonne alimentation et hygiène de vie (il ne me sait pas végétalienne depuis pas mal de temps!).

  2. Flavien dit :

    Tiens, je pensais que l’aspect « prévention de certains cancers » serait abordé parmi les 7 avantages… Un grand merci pour ce nouvel article sur l’alimentation !

  3. Plantte dit :

    Il ne faut pas non plus être dans le déni au sujet des carences (prenez les taux de carences de B12 des végétarien et végétaliens et des non-végé par exemple).

    On a fait de la viande et des produits animaux des emballages à suppléments & nutriments (par exemple en vit B12, vit D, calcium…) et une mauvaise alimentation végétarienne (ainsi que végétalienne) pourrait amener à ces carences. Tandis qu’une mauvaise alimentation carnée amène d’autres maux (qui sont repris dans l’article ci-dessus), mais moins facilement de carence en fer, en vit B12, en vit D, en calcium…

    Donc consulter des informations à-jours, avoir une certaine connaissance des nutriments et aliments importants, une prise de suppléments en guise d’assurance, pourquoi pas une visite chez un diététicien spécialisé… bref, une bonne alimentation végétarienne est bénéfique. Mais pas une mauvaise et il est facile de se laisser aller et de s’alimenter « au feeling » plutôt qu’à la « raison ».

    Je suis végétalien depuis 4 ans en parfaite santé! ;)

    • Esty dit :

      Plantte, toi-même tu sais que la B12 de la viande provient majoritairement de la supplémentation des animaux. Eh oui… eux aussi. Donc quitte à user de stratagèmes autant le faire sur soi, on évite beaucoup de souffrance inutile… (mais ça ne parle qu’à ceux qui se sentent concernés par la condition animale, les autres, pensez simplement à votre santé)

  4. gahu dit :

    Transformer en végétariens 100 % des humains me semble difficile.
    Mais diminuer fortement la consommation de viande serait bénéfique pour la santé de l’homme et de la planète :

    «  »" »Moins de gaspillage et moins de viande consommée au Nord, des rendements accrus au Sud: « L’agriculture qui nourrira 9 milliards d’habitants n’est pas la prolongation de l’agriculture d’aujourd’hui »" »"

    http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5iUc10O93B7KkcFMpBlYz6fw-tDXg?docId=CNG.b684d5ac618143724937143207ce1e92.451

  5. maowlo dit :

    Merci d’exposer aussi clairement des vérités tellement difficiles à faire admettre aux omnis.

    - Avec une maladie de Raynaud les hivers étaient très douloureux mais plus rien depuis que j’ai viré vg (3.5 ans). Je ne sais pas s’il y a une corrélation directe à été établie entre les 2 mais je ne redoute plus autant les périodes froides même si je continue à me protéger.

  6. Marie dit :

    Je suis végétalienne depuis 6 ans, et en bien meilleure forme physique (fini les douleurs musculaires et osseuses) et surtout psychique qu’avant! Mais je ne suis pas une fanatique: lorsque je suis invitée, je mange ce que l’on m’offre.
    Je pense que le plus important, c’est que chaque personne soit en adéquation avec lui même, écoute son propre corps, fasse ses propres expériences, s’informe par lui même et garde son bon sens. Car le but dans notre vie est d’être heureux.Faire une dépression parce qu’on se prive d’une aliment, cela ne vaut pas le coup!

    Manger autant de protéines animales est récent dans l’histoire: mes grands-parents n’en mangeaient que le dimanche et lors des repas de fêtes!

  7. maowlo dit :

    Bonjour,

    Je ne saurais que trop vous conseiller de regardé cette intervention de Gary Yourofsky : Le discours le plus important de votre vie sous titre en français http://www.youtube.com/watch?v=9ivPJUypbVs&feature=g-like qui répondra à toutes vos questions sur l’alimentation vgr/l

  8. yerohan dit :

    Bonjour Ludivine,
    Pour ma part je suis devenu végétarien pour ma santé! En effet je fais de l’hypertension et j’ai un léger surpoids. C’est sur le conseil d’un membre de ma famille et de la lecture sur le sujet. Que je suis devenu végétarien. Mais je ne veux pas seulement me focaliser simplement sur mon alimentation. Comme tu le dis si bien : « La santé est multifactorielle ». L’activité physique régulière est importante, comprendre la relation j’ai avec la nourriture …
    Merci pour cet article

  9. Violette dit :

    Et si les études datent d’une trentaine d’années c’est que, depuis, le bien-être des malades n’est plus du tout la priorité. Soigner et guerir revient à priver l’industrie pharmaceutique de juteux profits. Et quand on voit de quoi elle est capable on a intérêt à se prendre en charge et se poser soi-même les questions et en trouver les réponses.

  10. RANAIVOSOA dit :

    je suis de prés tous vos conseils merci

Poster un commentaire

CommentLuv badge